Rencontre 14 — Verena Michelitsch

Verena Michelitsch, graphiste et illustratrice, est une figure de proue du jeune design contemporain. Elle trace son chemin avec audace et assurance, depuis sa première agence ‘En Garde’ à Graz, Autriche, jusqu’aux firmes New-Yorkaises mondialement connues pour lesquelles elle a exercé son talent. Désireuse de renouer avec des projets personnels, et de vivre de sa propre création, elle lance le magazine digital Sand & Such, et prend désormais un nouveau départ comme freelance.

Verena Michelitsch is one of the main youth figure of today’s graphic design. She boldly shapes her own inspiring pathway, through daring choices that led her from her first own practice ‘En Garde’ in Graz, Austria, to the NYC world-renowned studios she worked for. Craving to reconnect with self-initiated projects and living out of her design ideas, she launched the beautiful online magazine Sand & Such, and is now taking a new fresh start as a freelance once again.

 

Que Verena soit passionnée par tout ce qui touche à l’Art est une certitude. Sa carrière apparait comme une voie d’autant plus évidente lorsque l’on apprend qu’elle est une enfant de la balle, immergée dans l’environnement artistique du studio photo de sa grand-mère. Là, elle passe des heures à flâner entre la boutique et le studio, à observer les shootings, puis dans la chambre noire à contempler les images apparaître sous l’effet des bains photographiques. En parallèle, elle développe un intérêt grandissant pour les typographies et les écritures manuscrites qu’elle s’entraîne à imiter. Après de brèves études d’Histoire de l’Art, son besoin de se tourner vers une discipline plus manuelle n’est alors pas une surprise. « Je me suis réorientée vers la Communication Visuelle, et j’ai adoré dès le premier instant ».

We safely can say that Verena is quite into everything Art related. Her career sounds like an obvious and natural thing knowing that she grew up in the artistic environment of her grandma’s photography business. There, she loved watching the photoshoots and the darkroom’s images process in the liquids, wandering around the studio and the shop. At the same time, she started showing a great interest for types and handwriting she even trained herself to imitate. It doesn’t come at a surprise that after briefly studying History of Arts she felt the need to go back to something more hands-on then. « I switched to Communication Design and loved it from the beginning on ».

Expatriée, Verena demeure très attachée à ses racines autrichiennes, et plus spécifiquement à la Styrie du sud. « C’est vallonné, viticole, vert, ensoleillé, les gens sont détendus, la nourriture et le vin sont succulents. On est tout près de la frontière avec la Slovénie et de l’Italie, de la Croatie et de la région Adriatique, où j’ai toujours adoré faire des road trips ».
Même si elle appréciait clairement sa vie à Graz, où elle ouvre juste après ses études avec des amis sa première agence ‘En Garde’ qui rencontre un franc succès, elle ressent la nécessité de passer à autre chose. « La chanson de JayZ et Alicia Keys était la sonnerie de mon iPhone depuis presque un an. Une voix dans ma tête me disait: tu dois aller là-bas! ». À la recherche d’un mentor motivant et inspirant, aurait-elle pu agir avec encore plus d’audace qu’en envoyant son travail à son plus grand héros du graphisme de l’époque, Stefan Sagmeister, juste pour voir ce qu’il en pensait? Il lui propose alors un stage, et elle déménage à NYC bagages et petit ami (Tobias van Schneider) sous le bras. Elle évoque avec candeur sa nervosité au cours de sa première semaine de travail chez Sagmeister&Walsh, stressée à l’idée de travailler avec des personnes qu’elle admirait. « Le simple fait de dessiner une ligne droite quand Stefan entrait dans la pièce m’angoissait. Dans le fond, ce sont des personnes comme les autres et je m’y suis habituée. J’admirais la sagesse et la franchise de Stefan, et le talent de Jessica ».

As an expat, Verena is very attached to her roots, especially fond of the Austrian’s South Styria countryside « It’s hilly with tons of vineyards, it’s green, sunny, people are relaxed and the food and the wine are good. It’s next to the Slovenian boarder and close to Italy, Croatia and the Adriatric area… I always loved doing road trips down there ».
Even though she was clearly enjoying her life in Graz - where she started running successfully her own studio ‘En Garde’ along with friends right after college - at one point she felt the urge to move on to something else. « The JayZ and Alicia Keys NY song was my iPhone alarm for almost a year. Some voice in my head told me I have to go there! ». Looking for a mentor to push and inspire her, could you make a bolder move than sending your work to your once biggest graphic design hero, aka Stefan Sagmeister, just to see what he thinks of it? She got an internship, packed her bags and boyfriend (Tobias van Schneider), and moved to NYC for a while. Looking back at her first week at Sagmeister&Walsh, she speaks candidly of the little stress implied by suddenly working with some people she admired. « I was a bit nervous to even draw a straight stroke when Stefan walked by. In the end they are all just normal human beings and I got used to it. I admired Stefan’s wisdom and honest way of judging work and Jessica’s talent ».

Verena a bien fait de suivre son instinct, décrochant ensuite un emploi à l’agence RoAndCo, et en emménageant définitivement à NYC, où sa créativité et son tempérament survolté ont enfin éclos. Par nature plus sensible à l’esthétique des choses, chaque collaboration a apporté sa pierre à l’édifice en enrichissant son processus créatif d’une pensée plus conceptuelle.
« New York a juste cette incroyable énergie, tellement inspirante. J’ai l’impression d’être entourée de tant de créatifs et entrepreneurs, tout le monde a quelque chose sur le feu et cherche à accomplir ses propres rêves (…) Chez Sid Lee, mon ancien job, j’avais la chance d’être entourée de designers. Cela a changé ma façon de voir les choses. La photographie m’inspire énormément, j’aime beaucoup diriger des shootings photos ou juste feuilleter les ouvrages de photographes talentueux. En tant que designer freelance je m’imprègne énormément des productions de mes clients. J’aime quand le processus créatif devient une collaboration ».
D’une certaine manière, l’ADN de cette ville frénétique semble faire écho non seulement dans l’oreille attentive que Verena porte à ses clients mais aussi dans la globalité de sa démarche créative. « J’aime les choses claires et nettes, avec une approche du design minimale, mais j’affectionne tout autant les illustrations et motifs complexes. Je me laisse porter par la vague: lorsque je travaille avec des marques j’essaie d’être entièrement à l’écoute et de répondre totalement à leurs attentes ».

Verena did well trusting her guts, finally landing a full job at RoAndCo and permanently moving to NYC where her creativity and very active temper fully blossomed. Being in essence more focused on aesthetic, each collaboration did its bit bringing her creative process to a new light, trying to think more conceptually.
« New York just has this incredible energy that’s quite inspiring. I feel I’m surrounded by so many do-ers and makers, everyone is up to something and fulfilling their own ideas and dreams (…) At my last job at Sid Lee I was lucky to be surrounded by very creative and inspiring people. It was refreshing to be not just surrounded by designers. It made me think in different ways. I’m very inspired by photography, I really love to art direct shoots or to just look through books of talented photographers. As a freelance designer I am very much inspired by my clients and their products or services. I like when the creative process becomes a collaboration ».
Somehow, the DNA of this vibrant city seems to reflect not only in the great attention Verena pays to her clients’ needs but also in her whole creative perspective. « I like clear and clean things and a minimal approach to design, although I’m also into intricate illustration and patterns. I try to go with the flow, when working with brands I really try to listen and find out who they really want to be and what they want to say ».

En plus de son travail quotidien au sein de ces grandes agences, elle n’a jamais cessé de prendre du temps pour mener à bien des projets personnels qu’elle conduit toujours avec un grand enthousiasme, comme une façon de s’exprimer visuellement personnellement en marge d’un emploi directif qui ne le permettait pas toujours. Par exemple, sa dernière création en cours, l’habile et délicatement colorée série « XXVI » (jeu de couleurs et de formes autour de l’alphabet), ainsi que le projet de posters « Reflection », conduit l’année dernière avec son compagnon. Un partenariat à succès visible encore une fois dans l’un de ses projets favoris, la conception du branding de la marque de sacs Ada Blackjack. « Leurs produits s’inspirent de l’histoire d’Ada Blackjack qui fut la seule survivante d’une expédition dans l’Arctique. Elle a réussi à survivre seule pendant un an avant d’être retrouvée. Pour le branding, nous avons créé une série d’icônes inspirées par les symboles Inuit. La typographie devait être assez épaisse avec des angles nets pour pouvoir être emboutie sur du cuir et du textile ».

Besides working for all this big-shot companies, she never stopped taking time for personal and side projects she always enjoyed with great enthusiasm, as a way of visual self expression that her daily job didn’t always offered. For example, the neat and delicately colored work-in-progress series « XXVI » (a play of color and shapes revolving around a study of the alphabet), as well as last year’s prints project « Reflection » she created with her boyfriend. A successful partnership which proved itself once again in one of her favorite freelance yet older collaborative projects, crafting together the branding of Ada Blackjack. « Their products are inspired by the historic figure Ada Blackjack who was the lone survivor of an expedition in the Arctic. She managed to survive on her own for a year before she got found. For the branding we created a series of icons inspired by Inuit sign language. The typeface had to be thick enough with clean edges to be stamped on leather and fabric materials. It is a simple branding with some illustrative elements that worked out perfectly for their products ».

Aujourd’hui, l’effervescence artistique de Verena s’exprime par le biais de son magazine digital, Sand & Such. Ce projet aborde avec tendresse la question des habitudes de sommeil, ce qui nous a amenées à nous demander si une certaine insomnie se cachait derrière cette idée assez unique… « Comme j’avais tous ces projets en cours, j’ai très peu dormi pendant quelques temps et j’étais très fatiguée. J’étais assise dans un train, tombant de fatigue, et j’ai pensé que je devrais me créer un pense-bête sur la beauté et l’absolue nécessité du sommeil, pour e souvenir que je devrais l’apprécier plus. (Je ne sais pas m’arrêter, en plus de cela j’aime me lever tôt mais je dois aussi travailler tard ce qui ne laisse pas beaucoup de temps pour dormir). C’est ainsi que Sand & Such est né. Je suppose que je ne dors toujours pas assez, mais j’y travaille ;) ».

Un dernier conseil plein de sagesse de cette femme posée et follement créative: « Travaillez durs, soyez patients, écoutez attentivement et aimez votre travail ».
Souhaitons qu’un jour elle ait la chance de collaborer avec sa photographe favorite, Viviane Sassen!

Nowadays Verena’s artistic effervescence expresses itself into her online magazine, Sand & Such. This project tenderly raise the question of sleeping habits, which led us to wonder if some kind of insomnia was behind this rather unique idea… « Since I was doing all those projects aside I didn’t get enough sleep for a while and was really exhausted. I was sitting on the train really sleep deprived and thought about creating a reminder for myself of how beautiful and necessary sleep is and that I should appreciate it more. (I always like to keep going, I actually like getting up early but then I also work late which doesn’t leave many hours for sleep). That’s how Sand & Such was born. I guess I still don’t sleep enough hours but I’m working on it ;) ».

A last wise word from a very down-to-earth and passionate creative woman: « Work hard, be patient, listen carefully and enjoy your work ».
Let’s wish she’ll one day have the chance to collaborate with her favorite photographer, Viviane Sassen!

 

La sélection artistique de Verena —
Guy Yanai, artiste plasticien
Raphael Garnier, illustrateur
Emily Gillis & Sam Chirnside, direction artistique, graphisme et design textile

Verena’s top artistic picks —
Guy Yanai, visual artist
Raphael Garnier, illustrator
Emily Gillis & Sam Chirnside, art direction, graphic design and textile design


http://www.verenamichelitsch.com/
http://sandandsuch.com/


CREDITS
Graphic design, art direction © Verena Michelitsch
Portraits © Tobias van Schneider
Interview & editing © Justine & Kim, Jake Studio