Rencontre 06 — Elsa Boch

Attablées à la terrasse d’un café, nous rencontrons Elsa Boch à l’occasion d’un de ses passages éclairs à Paris, entre son Alsace natale et la Chine où elle participait au Creative International Pattern Design Competition. Designer pluridisciplinaire aussi sensible que réaliste, elle navigue entre design produit astucieux et design textile ludique et éclatant de couleurs.

Seated at a table on the terrace of a café, we caught up with Elsa Boch during one of her whirlwind trip to Paris between her native region, Alsace, and China, where she was part of the Creative International Pattern Design Competition. Multidisciplinary designer equally sensitive and practical, she oscillates from an ingenious product design to a bright and playful textile design.

 

Nourrissant un intérêt tout particulier pour la manufacture des objets, c’est en Italie alors qu’elle collabore avec Luca Nichetto qu’Elsa découvre l’envers du décor de l’industrie du mobilier. Un processus de fabrication qu’elle décrit comme pragmatique et intelligent, où la technique est au service de la dimension poétique de la création. « Il est vrai que parler de design qui raconte une histoire est une expression à la mode, mais au final c’est un peu ce que l’on recherche: lorsqu’on on voit un objet, on voit une image qui n’est pas obligatoirement liée au mobilier en question, mais qui suggère autre chose, qui discute d’une idée. Si la forme peut avoir un aspect énigmatique, la fonction doit toujours être intuitive pour l’utilisateur ».

With a vivid interest for objects manufacturing, Elsa has a first look behind the scenes of the furniture industry in Italy while working along with Luca Nichetto. A making process she describes as pragmatic and smart, where technic serves the poetry of the creation. « Although speaking of a storytelling design is kind of the new term in vogue, it is actually somehow what we are looking for: when we see an object, we see an image which might not be directly related to this specific furniture, but it suggests something else, something discussing an idea. If the shape can be cryptic, the function must always be intuitive for the user ».

Elsa aime jouer de cette ambiguïté que l’on retrouve dans les projets « White Material » et « Anémone » - extrait d’un triptyque englobant également les créations « Cumulus » et « Manège ». Questionnant le besoin récurrent de versatilité dans la scénographie domestique contemporaine, les trois cabinets « Anémone » illustrent parfaitement sa recherche d’un objet à la fois touchant, sensible, et saupoudré d’une bonne dose de réalisme. Tour à tour discret ou coloré selon l’humeur, réactif à la manipulation et facile à déplacer à la manière d’un décor de théâtre, ce mobilier s’adapte au désir impérieux de varier fréquemment la disposition ou la physionomie de notre intérieur, quelque soit la superficie de notre habitat.

Elsa likes to play with this ambiguity which is to be found in her projects « White Material » and « Anémone » - excerpt from a triptych collection including the creations « Cumulus » and « Manège ». Investigating a recurring need of versatility in contemporary domestic scenery, the three « Anémone » cabinets perfectly illustrate her search for both a moving and practical object. Whether discreet or colorful according one’s mood, responsive to handling and easy to change like a theater set, this furniture adjusts to the compelling urge of changing frequently our interiors’ layout or look. Whatever the surface of our housing.
elsa_boch_raw_10_1000.jpg

Designer textile hors pair, elle cultive une effervescence créative légère et spontanée de motifs, dessinés sur papier ou directement à la tablette graphique selon l’effet recherché. Des illustrations pures alternant formes flottantes souples et dynamiques, nettes et floues, sur lesquelles elle applique une palette de couleurs vibrantes qu’elle envisage comme un véritable matériau. « La couleur et sa texture-même donnent à l’objet son caractère ». Une dextérité formelle et chromatique textile qu’elle cherche à associer à l’objet, nous confiant ses rêves de collaboration avec Tai Ping et Marimekko.
Aspirant à nouer un dialogue entre artisans de luxe et designers, elle évoque un projet qu’elle avait imaginé, en relation avec les canneurs-rempailleurs: « Le cannage est une technique quasiment disparue et c’est très dommage car elle est assez symbolique du confort dans le mobilier moderne. L’actualiser contribuerait à faire fonctionner une partie de l’économie puisque ces matériaux se cultivent de manière équitable. »

Outstanding textile designer, she nurtures a light and spontaneous creative effervescence of patterns, hand drawn on paper or on graphic tablet depending the intended impact. She applies a vibrant color palette on pure illustrations alternating smooth and dynamic floating shapes, sharp or blurred. Color as a true material, combined to its own texture giving character to the object. Elsa seeks to associate this shaping and chromatic textile adroitness to objects, unveiling her desire to hopefully collaborate one day with Tai Ping and Marimekko.
Eager to establish a meaningful dialogue between luxury craftsmen and designers, she evokes a previous project she conceived, connected with traditional craft’s art of chair caning and upholstering: « Caning’s technic basically disappeared and that’s a shame, because it is a very symbolic process of comfort in contemporary furniture. An update would be contributing to make a part of the economy run, because the raw matter comes from fair trade ».

Entre conscience altruiste, curiosité industrielle et liberté malicieuse, Elsa construit son univers autour d’une ligne directrice dictée par ses envies et ses émotions, aussi bien inspirée par les oeuvres de Jean Arp, Ellsworth Kelly, Anish Kapoor et Wolfgang Laib, que par la simplicité de scènes de la vie quotidienne. « Le nom du motif Glucose vient d’un sketch des Inconnus dans lequel ils emploient ce mot pour désigner quelque chose de cool ou de fun. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai toujours adoré cette expression que je trouve très parlante ».

Between altruistic awareness, industrial curiosity and roguish freedom of spirit, Elsa builds her world upon a guideline only dictated by her desires and feelings, finding inspiration in Jean Arp, Ellsworth Kelly, Anish Kapoor and Wolfgang Laib as well as in simple daily life sceneries. « The name of the pattern « Glucose » comes from Les Inconnus (ndlr: 90’s french comedians), they use it in a skit to designate something cool or fun. I don’t know why but I always loved this graphic expression ».
 

Profondément marquée par son voyage au Japon où elle semble avoir trouvé l’équilibre idéal d’un contraste permanent entre frénésie de la vie moderne et sérénité de la tradition, elle nous recommande en fin gourmet un dîner au Heianraku, Takayama (ndlr: testé et approuvé!). « Je rêverai de vivre au Japon et d’être japonaise mais…ce n’est pas possible évidemment! » s’amuse-t-elle.

Deeply touched by a recent trip to Japan where she seems to have found the perfect balance of frenzy modern life and tradition serenity, the lavish gourmet strongly advises a dinner at Heianraku, Takayama (editor’s note: tested and approved!). Mischievous, she reveals « I dream of living in Japan and being japanese but…that’s impossible obviously! ».

 

Avant de nous quitter, elle nous invite avec enthousiasme à découvrir les réalisations de Ferréol Babin (designer produit), Loïc Kessler (motion designer), et Juliette Vergne (designer textile) et nous souffle avec douceur un dernier mot : « Merci! » (ndlr bis: de rien!).

Before heading to the train station, she invites us to discover the creations of Ferréol Babin (product designer), Loïc Kessler (motion designer), Juliette Vergne (textile designer) and whispers a sweet « Thank you !» (editor’s note bis: you are welcome!).

 

 

CREDITS
Product design & textile design © Elsa Boch, http://www.elsaboch.fr/
Pictures © Elsa Boch
Interview and editing © Justine & Kim, Jake Studio